Menu 

Gestion Forestière

Depuis 2004, la CCPL équipe ses sentiers découvertes de mobiliers extérieurs en robinier grâce à une gestion forestière locale. Les résultats sont là : des sentiers plus beaux, plus durables, plus écologiques et une filière locale exploitée et mise en valeur.

Valorisation du robinier en Pays Loudunais

Grâce aux boisements de robinier qui lui appartiennent en forêt de Scévolles, la CCPL a mis en place sa propre filière en faisant appel à des artisans locaux ainsi qu’au lycée professionnel Marc Godrie de Loudun. Depuis 2007, un réseau complet de sentiers pédestres et d’interprétation équipés en bois de robinier est accessible au cœur de la vallée de la Dive avec « Les Sentes divines », en forêt de Scévolles avec « Les Sentes de Fondoire » et dans les communes du Pays Loudunais (17 itinéraires aménagés soit environ 300 km).


Une gestion forestière mise en place en forêt de Scévolles


Grâce au partenariat étroit qu’elle a engagé avec le CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière), l’IDF (Institut pour le Développement Forestier) et l’ONF (Office National des Forêts), la CCPL a réalisé des placettes expérimentales « robinier bois d’œuvre ». De la même manière, l’ONF se voit confier la gestion du massif boisé qui regroupe 140 hectares dont près d’un quart est constitué de bois de robiniers. Le plan d’aménagement forestier tient compte de la valeur de cette essence et des nouveaux marchés qui s’ouvrent à elle. La forêt de Scévolles présente des boisements remarquables. Même si elle fait la part belle au robinier, cette gestion forestière concerne également une autre essence : le chêne.
L’histoire du robinier
Originaire d’Amérique du Nord, le robinier tire son nom d’un jardinier du Roi Henri IV, M. Robin (1550–1629), qui a semé les premières graines en France en 1600. Mais avant d’être classée dans la famille des robiniers, cette légumineuse a d’abord été classée comme « acacia » par la plupart des botanistes, raison pour laquelle l’arbre porte encore ce nom aujourd’hui.
L’arbre a colonisé certains espaces forestiers Loudunais, notamment la forêt de Scévolles, qui recèle des sols favorables à son expansion. Certains bois de robiniers atteignent des hauteurs considérables et des diamètres de fût avoisinant les 70 cm.
Le robinier est un bois imputrescible et très solide, réputé pour sa durabilité en bois d’extérieur. On l’utilise toujours pour fabriquer des pieux, notamment des piquets de vigne et d’enclos. En tournerie, sculpture, parqueterie, il a aussi de nombreux adeptes.
IMG 2974

Le choix du robinier pour le mobilier des sentiers découverte du Pays Loudunais

La CCPL a fait le choix d’utiliser le robinier pour le mobilier extérieur des sentiers qu’elle aménage (Sentiers des Lavoirs, Sente Divine, Sentiers de Scévolles, etc.). C’est une essence locale qui permet le développement d’une filière courte autour d’un bois réputé « propre ».
L’utilisation du robinier est une alternative à l’utilisation des bois traités chimiquement comme le pin ou des bois exotiques, qui posent des problèmes environnementaux. Une fois assemblé et installé, le mobilier ne nécessite ni lasure ni traitement chimique. Les bois deviennent gris naturellement et se fondent parfaitement dans l’environnement. En matière de « bilan carbone », l’opération « robinier » est exemplaire : entre l’arbre debout et le mobilier posé, les bois utilisés n’ont pas fait plus de trente kilomètres de transport.

LES AVANTAGES DU ROBINIER
- La résistance naturelle du bois aux intempéries et sa grande durabilité en extérieur n’a pas d’équivalence en France. Le classement en classe 4 par le CTBA (garantie de 10 ans en extérieur), sans ajout de produits chimiques, permet de relever les défis environnementaux liés aux notions de développement durable.
- Le sciage est aisé malgré la dureté du bois (moins de tanin que le chêne, il n’encrasse pas les lames). Jamais de bois gélif ni de bois roulé.
- Le robinier fait partie de la famille des légumineuses ; sa présence enrichit naturellement en azote le terrain où il pousse. Il peut ainsi permettre de restaurer des sols pauvres (ses racines fixent l’azote atmosphérique).
- Excellent combustible, le bois de robinier possède un bon pouvoir calorifique.
- Le robinier est une espèce mellifère très précieuse pour les abeilles qui fournissent un miel recherché au goût et à la texture inimitables. En effet, leurs fleurs très parfumées renferment un abondant nectar.
Un inconvénient tout de même : l’espèce est envahissante.

IMG 6413

Le robinier en Pays Loudunais et en quelques dates


19 et 20e siècles :
Les bois de robinier sont exploités à l’âge de 25 ans pour la fabrication des piquets, occasionnellement pour les rayons de roue de charrette, pour les rolons d’échelle ou autres menus ouvrages de charronnerie ou de charpente.
1998 – Le CRPF et la CCPL sont en contact. Eric Sinou parle du robinier à notre animateur. Eric propose la rencontre avec son collègue Jean-Marc Demené, technicien forestier plus spécialisé dans l’essence « robinier ».
2002 – La CCPL lance l’aménagement du Sentier des Lavoirs à Moncontour. Le robinier y prend une large place, notamment grâce à l’équipement du sentier touristique en tables de découverte et panneaux révélant le patrimoine. Malheureusement, l’offre de bois de robinier étant limitée à cette époque, quelques aménagements sont réalisés avec du pin traité à cœur (bancs et poubelles).
2003/2007 - La CCPL engage l’aménagement de la Vallée de la Dive avec la mise en place de la Sente Divine. Plus de 50 km de sentiers y sont équipés de mobilier extérieur. Mais cette fois, la collectivité a pris les devants et, grâce à ses remarquables boisements de Scévolles, a pu mettre en place une filière locale et équiper ses sentiers d’une gamme exceptionnelle de mobiliers. Grâce aux apports du Perche et de la région nantaise, plus de 300 mètres cubes de bois fini, exclusivement en robinier, ont été installés dans la vallée de la Dive en 2007 : tables de toute nature, bancs, passerelles, panneaux, bornes, balises directionnelles, dosses de signalétique, cabanes forestières, équipements techniques, poubelles…
2005 – Organisation de la journée Robinier en mai – plus de 70 participants.
2006/2007 – Réalisation, en forêt de Scévolles, de placettes expérimentales « robinier bois d’œuvre » grâce à un partenariat entre l’IDF, le CRPF, l’ONF et la CCPL. De nombreuses rencontres ont lieu entre des élus, des forestiers et autres décideurs qui réfléchissent ensemble sur l’équipement en mobilier extérieur. La CCPL organise de nombreuses manifestations autour de la filière robinier.
2007 – 15 circuits de randonnée pédestre sont équipés en balises directionnelles en bois de robinier. Une gamme de dépliants fait la promotion du réseau des 250 km de sentiers et la promotion du balisage. Accueil d’une délégation du Médoc en lien avec le CRPF Poitou-Charentes (GPF – CRPF – Chambre d’Agriculture de la Gironde).
2008/2009/2010 – Début du plan d’aménagement forestier - Exploitation économique des ressources forestières de la CCPL en lien avec l’ONF, gestionnaire des boisements communautaires. Le plan d’aménagement permet de valoriser le robinier comme bois de sciage (référents ONF – Bruno Huchet et Francis Gauvrit). Réalisation des Sentes de Fondoire qui permettent de découvrir les boisements, la placette expérimentale et qui sont dotés d’équipements extérieurs en bois de robinier. D’après les spécialistes forestiers, la gamme complète présentée autour de l’étang de Guesnes reste à ce jour la plus riche au niveau national.
2013/2015 – Mise en place d’un atelier bois en interne à la CCPL, ce qui permet de créer toujours plus de mobiliers intégrés aux projets de valorisation patrimoniale.
Réalisation des cabanes thématiques sur les Sentes de Fondoire (voir ci-après) ainsi que dans les jardins de la maison de pays (dont la cabane des producteurs). D’ailleurs, chaque cabane est le fruit d’un partenariat avec une association locale.
Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes